Elle était debout à la fenêtre, lui tournant le dos. "Entre. Sers-toi du vin. Vient voir." Une vieille femme qui promène son chien, des enfants qui crient, le vendeur de journaux, sur le coin. Elle ne vit rien d'intéressant. Elle trouvait qu'elle s'émerveillait toujours pour rien. "J'aime pas ce pantalon. Je te l'ai dit déjà. Pourquoi tu le portes encore ?..." elle trouvait qu'elle n'avait aucun sens de ce qui était mettable à la mode, elle l'aurait voulu habillée en plus classique, pas ces espèces de pantalons, peut-être un peu à la mode, que toutes les femmes semblaient vouloir porter lorsqu'elles n'étaient pas en jeans. Elle l'embrassa. La serra contre elle. Avait envie d'elle. Par contre elle aimait bien qu'elle porte ses chandails, ils étaient faciles à enlever. Ce qu'elle fit tout de suite. Ses seins, se dressaient à l'air froid. Elle en prit un dans chaque main, serrant le bout entre le pouce et l'index. Elle lui mordit le cou, ce qui lui fit penché la tête encore plus vers l'arrière, afin de lui donner libre accès. Elle glissa une main dans le pantalon, histoire de la desserrer un peu et la faire tomber par terre. Elle aimait bien qu'elle porte ces sous-vêtements. Sa main se faufila dans la toison, elle la bascula sur le dos du fauteuil. Sans autre préambule elle la pénétra de ses doigts d'un seul coup, d'un seul gémissement. Ses caresses se fit de plus en plus intense, et se termina par l’insertion de ces doigts au plus profond d’elle. Elle sourit, et continua, en caressant du bout des doigts son dos. Celle-ci ondulait sous ces caresses, et mit peu de temps elle aussi à atteindre son sommet. Elle se retourna vers elle, dévora ses lèvres. Sa bouche était si agréablement chaude, et douce, qu'elle voulait s'y perdre à nouveau. Elle frissonna en la serrant dans ses bras. Elle la connaissait par cœurs, connaissait les moindres coins et replis de son corps, et savait comment la faire jouir comme bon lui semblait…